Soirée Rotary de Romans 30 mars 2015 au profit de « Santé et Développement » pour pérenniser les greffes de cornées à Madagascar

 

Le président Gérard Carver nous souhaite la bienvenue et salue la présence des rotariens valentinois, illustrant la devise du président international Gary Huang « Faire rayonner le Rotary ».

Il accueille avec plaisir Maurice Collin (association Santé et Développement), Isabelle Jourdes (Santé et Développement) Céline Auxenfans (responsable de la banques de cornées) et Thomas Balmitgere (chirurgien ophtalmologiste).

Il rappelle ce mot de Confucius :

  • Pour mettre de l’ordre dans le monde, nous devons d’abord mettre la nation en ordre.
  • Pour mettre la nation en ordre il faut mettre la famille en ordre.
  • Pour mettre la famille en ordre nous devons cultiver notre vie personnelle.
  • Et pour cultiver notre vie personnelle nous devons d’abord mettre nos coeurs en harmonie ».

Béatrice Rey, présidente du club de Valence, souligne le même souhait de renouer la tradition de réunions partagées entre nos deux clubs. L’action présentée ce soir illustre parfaitement la devise du Rotary « Servir d’abord » ; nous sommes là au coeur du vrai Rotary.

André Faure remercie les intervenants d’avoir accepté l’invitation de notre club. Il salue l’investissement de Maurice Collin, pas toujours reconnu, mais toujours inspiré de « Servir d’abord ».

Lors d’une précédente visite de Maurice Collin, celui-ci a offert à André une sculpture sur bois réalisée par un artiste ayant retrouvé la vue grâce à une greffe de cornée, parfaite illustration de l’action d’une association qui ramène la lumière et le sourire.

Enfin, il précise qu’à la suite de l’intervention de Maurice auprès d’un proche du président Kabila en faveur des pygmées, la République Démocratique du Congo a soumis récemment aux autorités compétentes la ratification de la convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail, relative aux peuples indigènes et tribaux.

Maurice Collin prend la parole pour remercier le club de son invitation et les nombreux rotariens présents, qui permettent d’assurer la pérennité de son action. Sur place à Madagascar, de nombreuses ONG sont présentes, certaines pour servir, d’autres pour se servir ; l’exemple formidable des greffes de cornée relève bien sûr de la première catégorie !  

Les projets portés par l’association doivent satisfaire avant tout à deux critères : être porteur d’espoir, et répondre à une demande (et non à un besoin identifié de l’extérieur) ; pour reprendre une phrase entendue sur place : « ce que tu fais pour moi sans moi, c’est contre moi ».

Pendant trois ans, des chirurgiens lyonnais se sont rendus à Madagascar pour opérer des cornées, ce qui implique naturellement la banque de cornées du CHU de Lyon ; puis un chirurgien malgache est venu se former pendant neuf mois dans le service du professeur Carole Burillon, et a réalisé ses premières greffes début 2015.

Le docteur Céline Auxenfans est responsable de la banque de tissus et cellules des HCL. Cette banque est installée dans des locaux pressurisés (salle blanche), équipés de postes de sécurité microbiologique ; les techniciens travaillent en scaphandre. Les cornées sont prélevées sur des donneurs dans 15 centres hospitaliers partenaires (dont Romans et Valence). Le docteur Auxenfans profite de l’occasion pour rappeler la nécessité de se positionner quant au don d’organes. Après prélèvement, l’équipe dispose de 30 jours pour réaliser la greffe, après de nombreux contrôles qualité. La banque réceptionne environ 1000 cornées par an, donc 650 satisfont à la batterie de contrôles et ont pu être greffées. Quelques périodes creuses (août, Noël, mai [congrès des ophtalmologues !]) permettent de disposer d’un certain nombre de cornées pour aider l’association.    

En août 2012, le docteur Thomas Balmitgere se rend à Madagascar pour réaliser 6 greffes ; ce déplacement est insuffisant pour pouvoir former les chirurgiens locaux. C’est pourquoi il a ensuite été possible de recevoir à Lyon le docteur Onja Raharimanantsoa pendant 9 mois, qui a au retour à Madagascar réalisé ses premières greffes en janvier 2015.

Le docteur Thomas Balmitgere est chirurgien ophtalmologiste à Lyon Sud, dans le service du professeur Carole Burillon. Il est parti à Madagascar en 2012 et a été confronté à la situation sanitaire catastrophique de l’un des dix pays les plus pauvres du monde (« SMIC » à 28 € par mois ; 84% de la population vit sous le seuil de pauvreté), en dépit de paysages paradisiaques. Il a emporté avec lui une importante quantité de matériel, car les patients doivent acheter eux-mêmes le matériel (fil de suture, etc …) et les médicaments (anesthésie, …) nécessaires à l’opération, achats évidemment hors de portée de la plupart d’entre eux. Les pathologies rencontrées sont variées (keratocône, abcès fongique, …) ; les difficultés sont liées à l’anesthésie loco-régionale (en France, l’opération est réalisée sous anesthésie générale), aux conditions d’asepsie, au coût élevé des traitements. Le besoin étant de l’ordre de 200 greffes par an à Madagascar, une perspective à moyen terme pourrait être la création d’une banque de cornées locale.

Maurice Collin présente Madagascar à l’aide de quelques photos. Les Malgaches sont arrivés d’Indonésie au Vème siècle, sur une île boisée (90% de surface occupée par la forêt au début du XXème siècle, 6% actuellement). L’un des problèmes importants de santé publique est lié à la mauvaise qualité de l’eau, polluée, et à une alimentation déséquilibrée (essentiellement du riz), ce qui favorise le développement de nombreuses maladies. L’association Santé et Développement à porté et porte de nombreux projets : assainissement, toilettes dans les collèges, au bord des plages, atelier de mécanique auto, châteaux d’eau, lumières alimentées par des capteurs solaires, captage gravitaire de l’eau en montagne, … En matière de santé, l’association soutient le dépistage du cancer de la thyroïde (échographe), l’opération de 1488 enfants hydrocéphales, le déploiement de 2 blocs opératoires et de 12 appareils de dialyse rénale, … Maurice remercie Jacques Valette pour les nombreux projets montés ensemble, tant à Madagascar qu’au Congo.

André Faure donne lecture d’un message reçu ce lundi du docteur Onja Raharimanantsoa, : « Je suis de retour au pays, Madagascar, après 9 mois de formation pour la greffe de cornée à Lyon. J’ai pu effectuer des greffes de cornée depuis mon retour : totale réussite, nous avons d’excellents résultats à 1 mois de la greffe. Je continue de suivre les patients, tout va bien. Tout ceci est grâce à vous, à vos dons, à votre dévouement, à vos sacrifices, à votre gentillesse d’accorder une chance aux pauvres de mon pays de recouvrir la vue. Je ne sais comment vous remercier pour ce don incroyable que vous nous avez offert, sans rien demander en retour. Au nom des patients greffés, au nom de mes professeurs de Madagascar et de Lyon, je vous dis merci, merci, merci. Merci de nous avoir permis d’avancer. Merci infiniment. » Onja.

Maurice Collin termine son intervention en évoquant le sort des Pygmées au Sud-Kivu (Est de la République Démocratique du Congo, en face du Burundi et du Rwanda), peuple autochtone chassé par les Bantous, en raison de la présence dans la forêt qui constitue leur habitat, de nombreuses richesses (niobium, germanium, tantale, cassitérite, …)

Gérard Carver et Béatrice Rey les Présidents des Rotary de Romans et de Valence,  remettent à l’association « Santé et Développement » un chèque de 5480 €, de la part des deux clubs de Romans et de Valence. André Faure remercie les donateurs qui ont contribué à ce montant.

Romans 30 mars 2015

Cette entrée a été publiée dans Actions Santé et Développement, Actions santé, Avec les partenaires, Non classé, Rotary, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.