Les Greffes de cornée à Madagascar

Chers amis de « Santé et Développement International »,

Les greffes de cornée ont été très perturbées en France à cause de l’épidémie du coronavirus. Il n’y a pas eu de greffe de cornée ni de prélèvement de greffons pendant plus de deux mois. Aussi les chirurgiens ophtalmo français vont opérer pendant le mois d’aout pour rattraper le retard.
Il n’y aura en conséquence qu’un envoi à Madagascar au mois d’aout que nous espérons de 10 greffons, au lieu des 20 prévus initialement.

De haut en bas : Dr Onja et quelques jeunes sur 105 qui ont retrouvé la vue - Monsieur le Président de la République Andry Rajaolina - Dr Onja ave Maurice et Joël

La greffe de cornée à Madagascar, par Maurice Collin

Certains troubles de la vision sont dus à une altération de la cornée. Le remplacement de la cornée malade est alors nécessaire. Il faut insister sur les conséquences « cécitantes » des maladies de la cornée.

Qu’est-ce que la cornée ?

Elle est le hublot extérieur de l’œil. Sa transparence assure une transmission optimale de la lumière, et sa forme sphérique concentre les rayons lumineux vers la rétine.

Principales indications de la greffe de cornée.

-                  Séquelles de traumatisme perforant de la cornée.

-                  Par accident du travail, accident domestique, de voiture (pare-brise).

-                  Brûlure chimique

-                  Dégénérescence cornéenne, essentiellement le kératocône.

-                  Kératite, en particulier herpétique.

-                  « Dystrophie bulleuse » de la personne âgée.

D’où proviennent les cornées greffées ?

Elles sont prélevées sur des personnes décédées depuis moins de 24 heures.

Le prix des cornées est d’environ 1650 euros. Pour Madagascar, le prix est de 400 euros par greffon.

En France, environ 4 000 greffes sont réalisées par an. A Madagascar, 200 personnes par an ont besoin d’une greffe de cornée.

Auparavant, ces opérations ne pouvaient se faire qu’à l’extérieur du pays. Une intervention à l’extérieur coûte 20 à 25 000 euros, somme astronomique dans un pays où le revenu annuel n’excède pas les 350 euros par habitant pour 85 % de la population. (Environ un euro par jour).

Le matériel de microchirurgie a coûté 20 000 Euros, payé par « Santé et Développement International».

Nous avons réalisé avec succès 10 greffes de cornées chaque année au mois d’aout pendant 3 ans à Madagascar. Ce qui a nécessité l’envoi de trois chirurgiens les Dr Thomas Balmitgere, Viridiana Kocaba et le Pr Luc Durand (85 ans).
Pour que cette action ne soit pas un « coup d’épée dans l’eau », nous avons formé le Dr Onja Raharimanantsoa, une jeune ophtalmo Malgache, 8 mois dans le service du Pr Carole Burillon à Lyon.  Elle est rentrée à Madagascar début novembre 2014 et elle est à présent tout à fait opérationnelle.

Ainsi, quand des greffons ne seront pas utilisés en France, principalement au mois d’aout quand les chirurgiens ophtalmo français n’opèrent pas, ils pourront lui être envoyés. Le Dr Onja pourra donc réaliser les greffes de cornées sans qu’il soit nécessaire d’envoyer un chirurgien français.

Depuis son retour, Onja a redonné la vue à 105 jeunes.

Cette formation est possible grâce à l’aide financière de « Santé et Développement International » et des amis rotariens. C’est une belle opération de formation et de transmission de savoir.

Maurice Collin

Cette entrée a été publiée dans Actions santé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.