Maurice Collin ( Vice Président) – Joël Bessiere ( Président)

L’Association Santé & Développement International a été créée en 2001 à l’initiative de son président le Dr Maurice Collin, pédiatre qui a interrompu ses activités libérales pour  « servir » ailleurs et ouvrir la porte du monde.Dr Joël Bessière succède à la présidence en 2016, Dr Maurice Collin devient vice président de l’association.En matière de développement, l’Association a 3 priorités : l’apport en eau potable, l’assainissement et la lutte contre la malnutrition mais contribue, en matière de santé, à des actions de prévention, de traitement et d’éducation
.
Continuer la lecture

Publié dans Actions Santé et Développement | Commentaires fermés

La presse en parle

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Réalisations de notre association « Santé et Développement International » en 2020

Chers amis de « Santé et Développement International »,

Depuis 2001, « Santé et Développement International » est votre association et votre moyen d’action.

Médecins, pédiatre et psychiatre, retraités et bénévoles, nous nous faisons vos envoyés et vos reporters pour entreprendre des actions et des projets humanitaires.

En ce début d’année 2020, nous n’avons pas obtenu de visa pour aller en Algérie et notre mission au Sud-Kivu en RD du Congo a été annulée à la dernière minute à cause de la pandémie du coronavirus « Covid 19 ».

Malgré le confinement, nous avons pu, grâce à vous et à votre soutien, poursuivre les actions engagées et en réaliser de nouvelles, pour apporter aux plus pauvres les moyens de sortir de la fatalité.

En Guinée-Conakry

Nous participons au projet d’apporter l’eau au village de Maci pour 3000 habitants, dans le centre de la Guinée, avec Aquassistance, les agences de l’eau du pays voironnais, de Rhône Méditerranée Corse, les RC de Voiron, Privas, Grenoble-Chartreuse et « Eau sans frontières International ».

Il ne manquait plus que l’accord de l’Agence de Bassin Rhône-Méditerranée-Corse. C’est aujourd’hui chose faite, Nous avons reçu début septembre les documents de l’Agence mettant en place ce financement, très important, de 129 500 €. En ce moment la saison des pluies se termine en Guinée et il sera possible de lancer le projet dans les prochaines semaines,

Au Niger

Aide à la réinsertion pour les femmes détenues à la prison de Niamey.

Avec 1000 euros donnés par le Rotary de Grenoble Belledonne nous avons fourni le matériel nécessaire pour leur travail artisanal.

La Fondation André Baudoux vient de nous donner 3000 euros qui vont être utilisés pour la réinsertion professionnelle des détenues des prisons de Niamey et de Kollo (fabrication de grillages pour protéger les jardins des animaux errants). Nous allons fournir une machine à coudre à chaque femme libérée qui a la maitrise de la couture, pour favoriser sa réinsertion.

Inondations au Niger

Depuis le mois de juin, de fortes pluies s’abattent sur le bassin du Niger accentuant les crues du fleuve Niger à des niveaux jamais atteints.

Plusieurs villes ont été inondées dont certains quartiers de la capitale, Niamey : la pirogue est, depuis plusieurs jours, le seul moyen de se déplacer sur la rive droite, devenue un marécage en une seule nuit.

Les populations sinistrées sont entassées dans quelques classes d’écoles épargnées par les inondations.Les besoins urgents sont considérables :  vivres, hygiène, vêtements, médicaments, etc. Et voilà que la station de traitement d’eau potable de Niamey est également inondée. Nous allons aider les Sœurs de Saga et l’hôpital du Lazaret à Niamey.

En République Démocratique du Congo

-   Au Sud-Kivu, dans l’Est de la RD du Congo, avec la guerre, les pygmées ont été chassés de la forêt où ils vivaient. Ils sont discriminés et en grande détresse. Nous avions réalisé il y a trois ans, avec le Dr Marie-Jo Bonnet une école et un centre de formation professionnelle.

-  Nous poursuivons la scolarisation des enfants pygmées du Sud-Kivu avec le fidèle et dévoué Innocent. Ce projet a été distingué par la Légion d’Honneur. Nous avons reçu un prix de 2000 euros pour équiper en matériel scolaire les enfants pygmées.

-      Pour l’hôpital de Kangu dans le Bas-Congo, participation à l’achat d’un échographe (1200 euros), avec le Dr et Père Joseph Innocent Kiluiba.

-      Envoi de 500 euros pour acheter des médicaments en septembre 2020.

-      Achat de 30 valves de dérivation, (1875 dollars) pour traiter les enfants hydrocéphales de l’hôpital de Ciriri à Bukavu au Sud-Kivu, avec le Dr Safari.

Au Mali,

- Projet de réhabilitation par le travail des détenus de la prison de Bamako en réalisant un jardin potager avec une participation de 3000 euros donnés par la Fondation André Baudoux.

En France

- Aide ponctuelle à l’association « Point d’eau » qui accueille les sans-domicile-fixe et les personnes les plus démunies de l’agglomération grenobloise. Fourniture de produits d’hygiène, de sous-vêtements, de chaussettes….

- Nous envoyons régulièrement les lunettes de vue trouvées à Grenoble, à « Lunettes sans frontières » à Hirsingue, près de Mulhouse. Les lunettes utiles triées par 30 opticiens bénévoles sont envoyées dans les dispensaires en Afrique et à Madagascar.

- Soutien à l’Association Locomotive, qui aide les enfants atteints de leucémie, qui sont hospitalisés au CHU de Grenoble.

- Notre amie Chou nous a envoyé en mars 2020 de Shanghaï 2000 masques quand il n’y en avait pas à Grenoble, que nous avons distribué dans les maisons de personnes âgées, Dépann’familles et autres centres demandeurs.

- Pour lutter contre l’illettrisme cause de violence et d’exclusion, avec Joël nous avons porté ce 23 avril 250 dictionnaires Larousse de poche 2020 à la Maison d’Arrêt de Grenoble-Varces, et ce 2 juillet 2020, 250 au Centre de détention de Saint Quentin-Fallavier avec le Rotary de Bourgoin la Tour du Pin.

Nous recueillons des livres pour remplir les rayonnages vides des bibliothèques des deux centres pénitentiaires.


Eric Orsenna nous dit : « Une vie arrêtée, c’est l’inverse de la réinsertion.

Si on fait entrer quelqu’un dans une Maison d’arrêt, on lui signifie que sa vie est arrêtée. On y trouve des bibliothèques accueillantes, mais beaucoup de rayonnages sont quasiment vides. Qui serais-je sans avoir lu ? Rien ! Et personne. Il faut redonner une chance aux détenus, sinon on fabrique du pire. Et s’il y a un lieu où on a le temps de lire, c’est bien la prison ».

A Madagascar

Nous continuons d’acheter deux zébus pour que les détenus de la prison d’Antsirabe puissent manger à Noël de la viande 1 fois dans l’année pour Noël. Un zébu coûte 300 euros et permet de nourrir 300 personnes.

Nous avons envoyé 30 valves de dérivation (soit 1 875 dollars) pour traiter les enfants hydrocéphales de Madagascar. Nous avons maintenant fait opérer 2 750 enfants atteints d’hydrocéphalie grâce à ces valves de dérivation à l’hôpital Ravohangy, dit « H.J.R.A. » à Antananarivo, avec le Dr Nouraly depuis 10 ans.

Pour pratiquer le dépistage du cancer de la thyroïde, nous avons envoyé des boîtes d’aiguilles spéciales pour la ponction de la thyroïde, qu’on ne trouve pas à Madagascar.

Photo: Inauguration de la gamma-camera en novembre 2019

http://www.deliremadagascar.com/chu-andohatapenaka-antananarivo-projet-de-fonctionnement-du-service-de-medecine-nucleaire/

Nous prévoyons de réaliser un atelier de menuiserie dans la prison d’Antsirabe pour apprendre un métier aux détenus citadins, grâce à un don de 3000 euros d’André Baudoux.

Le jardin potager de 5 000 m2 (5000 euros donnés par André Baudoux) réalisé en 2019 pour faciliter la réinsertion par le travail des détenus d’origine paysanne de la prison d’Antsirabé, donne toute satisfaction.

Nous avons initié et contrôlé l’apport en eau par gravitation pour 8 villages, à 70 km au Nord de la capitale Antananarivo, avec les Agences de l’eau, le Rotary, les communautés de communes et « Eau sans frontières International ». Projets importants de 70 000 à 213 000 euros. Engagement de trois nouveaux projets en ce début de 2020.

Pour le lycée Saint Paul à Bemahatazana dirigé par Sœur Marie-Victoire (photo) : Envoi de 1000 euros, donnés par le Rotary de Grenoble-Belledonne, pour former les jeunes lycéens à l’agriculture biologique. Réalisation d’un terrain de sport à Bemahatazana.

Achat de lits médicalisés et de 20 matelas avec housse pour la maternité d’Ambolotara dirigée par Sœur Françoise

Pour le village natal, près d’Ambatolampy, du Père Dany, prêtre malgache à Grenoble, nous avons réalisé un terrain de football et grâce au don de 2000 euros de Michel Ferrier, nous allons apporter l’eau potable au village et agrandir l’école.

Le projet d’apport en eau et de sanitaires pour le lycée d’Andraimacina (1200 élèves) ainsi que le château d’eau du centre de formation des Sœurs de la Salette à Fihavanantsoa à Antsirabe sont enfin réalisés grâce à l’efficacité de notre ami Sylvain Ronin et avec l’aide de ASFM et Pascal Destremau.

Enfin, nous poursuivons

Les Greffes de cornées à Madagascar
Grâce à notre amie le Dr Onja RAHARIMANANTSOA.

Nous avons le projet de lui acheter un topographe, (4000 euros d’occasion) indispensable pour mesurer la convexité de la cornée.

« Santé et Développement », prend en   charge le prix des greffons à 400 euros l’unité, et le transport des greffons par container spécial par Air France.

Onja a réalisé avec succès depuis son retour en 2014, 105 greffes de cornée avec succès.  Cette action très ambitieuse a été un franc succès. Elle permet d’éviter les évacuations sanitaires très coûteuses et d’opérer les plus démunis.

Cette année, nous avons reporté les greffes prévues en aout à décembre 2020 à cause de la désorganisation des hôpitaux d’Antananarivo provoquée par le coronavirus ; nous prévoyons de réaliser 20 nouvelles greffes de cornée.

Tous les membres de Santé et Développement peuvent être fiers de ces 105 personnes qui ont retrouvé la vue. Redonner la vue à une personne qui l’a perdue, c’est merveilleux et magique.

Ce projet a également été distingué par la Légion d’Honneur. Grâce à Joël, récent Chevalier de l’Ordre National du Mérite, nous avons reçu un don de 2 000 € de l’association de l’Ordre National du Mérite pour les greffes de cornées.

Avec notre respectueuse et profonde amitié.

Joël BESSIERE, Président de « Santé et Développement International » ;  bessiere.joel@gmail.com

Maurice COLLIN, Vice-Président de « Santé et Développement International » ;  mauricecollin@hotmail.com

Vidéo : https://drive.google.com/file/d/1236vCuVNHIY-xPa357IrKcF7V7j_W5Sx/view?usp=sharing

Site : www.santedev.fr

BULLETIN DE SOUTIEN

Nom…………………………………………Prénom …..………………………….……..

Adresse ……………………………………………………………………………………… ……………………………………………………….………………………………………..

Courriel : ………………@……………………

Merci de votre soutien qui a permis de réaliser ces belles actions.

Montant des adhésions

- Adhésion simple :       25 €

- Montant du don libre : (déductible des impôts IR à 66%)                                                            – Montant du chèque ………….          €

Un lien « paiement en ligne » sera mis à disposition prochainement.

Merci de retourner ce coupon accompagné de votre règlement (1 chèque unique) à l’ordre

de « Santé et Développement International » chez Bruno DUFRESNE, Trésorier 6, rue Lesdiguières – 38000 Grenoble

Pour vos dons, un reçu fiscal vous sera adressé.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Greffes de cornée à Madagascar

Chers amis de « Santé et Développement International »,

Les greffes de cornée ont été très perturbées en France à cause de l’épidémie du coronavirus. Il n’y a pas eu de greffe de cornée ni de prélèvement de greffons pendant plus de deux mois. Aussi les chirurgiens ophtalmo français vont opérer pendant le mois d’aout pour rattraper le retard.
Nous avions prévu un envoi à Madagascar au début du mois d’aout de 10 greffons.

Nous avons accueilli Onja et a participé à sa formation à Lyon.
Mais à la suite du message du Dr Onja, reçu il y a deux jours, nous décidons de reporter ces greffes de cornée à Madagascar en décembre 2020.

Message du Dr Onja :

Chers amis de Santé et Développement,
Nous sommes vivement reconnaissants de votre sollicitude envers nous…
Mille merci…

Cette année, nous avons tous été victime de la Covid19, nos beaux plans ont été chamboulés, malheureusement.
Mais fort heureusement, nous sommes tous encore en bonne santé.

Ici, à Madagascar, nous sommes encore en pleine épidémie. Le nombre de cas ne cesse d’augmenter, nous n’avons pas encore atteint le fameux PIC, et nous craignons fortement que ce pic sera atteint d’ici 3 semaines à 1 mois…
Toutes les activités sont gelées, sauf s’il s’agit de la lutte contre la Covid.

Je me suis renseignée auprès des responsables des douanes, ils sont également en service minimum, et la prise en charge de notre colis risque d’être très perturbée, ont-ils dit.
Je n’arrive toujours pas à obtenir une audience auprès du ministre de la santé publique malgache, il semble très préoccupé par l’extension nationale ingérable de l’épidémie…

De notre côté, les patients sont en dilemme… D’un côté, ils ont attendu ce moment depuis au moins 1 an, d’un autre côté, ils craignent de contracter le virus au cours de l’intervention de greffe…
L’équipe médicale est aussi fragilisée, d’autant plus que nous avons enregistré 2 décès d’ophtalmologues en 2 semaines… Et notre service à l’hôpital HJRA a déjà hébergé des cas confirmés de Covid, pas beaucoup, mais les passages ont été marquants…

Tout ceci pour vous exprimer notre crainte par rapport à la mission de greffe de cornée du mois d’août 2020 prochain… Aussi bien pour les greffons, que pour les patients, que pour le personnel soignant…. (Nous finirons probablement par être sollicité à héberger des cas de Covid à ce rythme-là dans notre service, d’ici 2 à 3 semaines).Ainsi, je voudrais plaider un report de la mission vers la mi-Septembre, voire à noël, s’il vous plaît, si ceci est envisageable…

Je vous adresse mes profonds respects, et de très sincères remerciements.

Docteur RAHARIMANANTSOA Onja Lalaina EP RANDRIAMIALY
Ophtalmologiste – Maladie et Chirurgie des yeux

Publié dans Actions santé, Greffes de Cornées | Commentaires fermés

Nouvelles de Madagascar dans le journal des Soeurs de la Salette

A Madagascar :
Désormais plus de 6000 cas ont été enregistrés (6089 à ce jour)  (+ 4000 depuis début juillet) avec 53 décès – toujours moins de 1% des malades – dont 33 depuis le début du mois. Près de la moitié des personnes atteintes (2951) sont cependant déclarées guéries, mais 61 sont dans un état grave. La situation devient alarmante. Le président Andry Rajoelina, dans une allocution télévisée dimanche 12 juillet 2020, lui même le reconnait : 435 nouveaux cas en 1 journée (le 12 juillet), pic de l’épidémie attendu fin août, 2 parlementaires décédés (un député et un  sénateur), et une vingtaine d’autres infectés, ainsi que des personnes de l’entourage de la présidence… A Tananarive, (principal centre de l’épidémie) les hôpitaux publics sont saturés et refusent des malades, et dans lescliniques privées, les places sont chères et les lits existants ne sont pas suffisamment nombreux pour accueillir les flux de malades. Les soignants en nombre souvent insuffisant sont épuisés … Ce qu’on pouvait craindre est en train d’arriver. La journée du 16 juillet a été particulièrement « noire» avec 484 tests positifs dont 453 à Tananarive et sa proche banlieue (Est et Nord-Est). Le Sud et l’Est de l’Ile sont également touchés, même si la flambée semble passée à Tamatave, où le respect des gestes barrière atténuerait la propagation. Du matériel spécialisé, notamment des respirateurs et des équipements sont attendus. La France et l’Europe ont envoyé du matériel médical (via l’Ile de la Réunion), et fourni aussi des renforts en moyens humains. Le chef d’Etat a aussi annoncé le prolongement de l’Etat d’urgence sanitaire, la capitale malgache va encore rester confinée pendant au moins 15 jours. Andry Rajoelina s’est toutefois engagé sur une meilleure prise en charge des patients, et a annoncé l’ouverture de centres de traitement Covid-19 qui sont, eux, destinés aux patients présentant des symptômes modérés mais ne pouvant pas se soigner chez eux. Mais selon L’Express de Madagascar il y aurait un écart entre les chiffres officiels communiqués aux autorités et la réalité dans les hôpitaux. Des patients présentant des symptômes de la maladie à un stade avancé ne seraient comptabilisés que tardivement comme des cas positifs, faute de tests ou de retour rapide des résultats des dépistages.
Dans ce contexte, plusieurs Soeurs de la Salette malgaches en mission en France ou ailleurs, et qui devaient partir en vacances cet été dans leur pays ne peuvent pas partir actuellement. Nous les portons dans nos prières, ainsi que leurs familles qui ne pourront pas encore les revoir. Et surtout prions pour le peuple malgache et le pays qui souffre de plus en plus de cette situation.

Dessin fait par un détenu de la prison d'Antsirané

Greffe de cornées à Madagascar
Nous vous informons aussi de la part de Maurice Collin, de Joël Bessière et de l’Association Santé et développement, que l’opération « greffe de cornées » qui vise à soigner des malades dans divers pays d’Afrique et notamment à Madagascar se poursuit, mais à cause de la pandémie il n’y a pas eu de greffe de cornée ni de prélèvement de greffons pendant plus de deux mois. Aussi les chirurgiens ophtalmo français vont opérer pendant le mois d’août pour rattraper le retard.
Il n’y aura en conséquence qu’un envoi à Madagascar prévu au mois d’août – si les conditions sanitaires le permettent – que nous espérons de 10 greffons, au lieu des 20 prévus initialement. L’association finance pour le Dr Onja un topographe cornéen (3 500 euros) qui permet de mesurer et surveiller la convexité de la cornée après la greffe. L’association paye également chaque greffon 400 euros et assurera le transport par container spécial par « Air France » des 10 greffons.

Publié dans Actions Santé et Développement, Actions santé, Greffes de Cornées, Rapport | Commentaires fermés

Les Greffes de cornée à Madagascar

Chers amis de « Santé et Développement International »,

Les greffes de cornée ont été très perturbées en France à cause de l’épidémie du coronavirus. Il n’y a pas eu de greffe de cornée ni de prélèvement de greffons pendant plus de deux mois. Aussi les chirurgiens ophtalmo français vont opérer pendant le mois d’aout pour rattraper le retard.
Il n’y aura en conséquence qu’un envoi à Madagascar au mois d’aout que nous espérons de 10 greffons, au lieu des 20 prévus initialement.

De haut en bas : Dr Onja et quelques jeunes sur 105 qui ont retrouvé la vue - Monsieur le Président de la République Andry Rajaolina - Dr Onja ave Maurice et Joël

La greffe de cornée à Madagascar, par Maurice Collin

Certains troubles de la vision sont dus à une altération de la cornée. Le remplacement de la cornée malade est alors nécessaire. Il faut insister sur les conséquences « cécitantes » des maladies de la cornée.

Qu’est-ce que la cornée ?

Elle est le hublot extérieur de l’œil. Sa transparence assure une transmission optimale de la lumière, et sa forme sphérique concentre les rayons lumineux vers la rétine.

Principales indications de la greffe de cornée.

-                  Séquelles de traumatisme perforant de la cornée.

-                  Par accident du travail, accident domestique, de voiture (pare-brise).

-                  Brûlure chimique

-                  Dégénérescence cornéenne, essentiellement le kératocône.

-                  Kératite, en particulier herpétique.

-                  « Dystrophie bulleuse » de la personne âgée.

D’où proviennent les cornées greffées ?

Elles sont prélevées sur des personnes décédées depuis moins de 24 heures.

Le prix des cornées est d’environ 1650 euros. Pour Madagascar, le prix est de 400 euros par greffon.

En France, environ 4 000 greffes sont réalisées par an. A Madagascar, 200 personnes par an ont besoin d’une greffe de cornée.

Auparavant, ces opérations ne pouvaient se faire qu’à l’extérieur du pays. Une intervention à l’extérieur coûte 20 à 25 000 euros, somme astronomique dans un pays où le revenu annuel n’excède pas les 350 euros par habitant pour 85 % de la population. (Environ un euro par jour).

Le matériel de microchirurgie a coûté 20 000 Euros, payé par « Santé et Développement International».

Nous avons réalisé avec succès 10 greffes de cornées chaque année au mois d’aout pendant 3 ans à Madagascar. Ce qui a nécessité l’envoi de trois chirurgiens les Dr Thomas Balmitgere, Viridiana Kocaba et le Pr Luc Durand (85 ans).
Pour que cette action ne soit pas un « coup d’épée dans l’eau », nous avons formé le Dr Onja Raharimanantsoa, une jeune ophtalmo Malgache, 8 mois dans le service du Pr Carole Burillon à Lyon.  Elle est rentrée à Madagascar début novembre 2014 et elle est à présent tout à fait opérationnelle.

Ainsi, quand des greffons ne seront pas utilisés en France, principalement au mois d’aout quand les chirurgiens ophtalmo français n’opèrent pas, ils pourront lui être envoyés. Le Dr Onja pourra donc réaliser les greffes de cornées sans qu’il soit nécessaire d’envoyer un chirurgien français.

Depuis son retour, Onja a redonné la vue à 105 jeunes.

Cette formation est possible grâce à l’aide financière de « Santé et Développement International » et des amis rotariens. C’est une belle opération de formation et de transmission de savoir.

Maurice Collin

Publié dans Actions santé | Commentaires fermés