DESCRIPTIF

CONSTRUCTION DE BLOCS SANITAIRES A MANANJARY

DISTRICT DE MANANJARY

REGION VATOVAVY FITOVINANY

 

 

     Madagascar est l’un des pays les plus pauvres du monde avec un PIB/habitants de 290US$ par an, 69% de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté.

Par ailleurs la population malgache est essentiellement rurale (70% de  la population).

 

     Même si le pays vit dans une période de croissance depuis une dizaine d’années le taux d’inflation reste  élevé (par exemple pour 2008, le taux de croissance est de 7% alors que le taux d’inflation est 9%) ce qui ne permet pas de combler la pauvreté.

 

     Le site du projet, Mananjary est un chef lieu de sous-préfecture se trouvant sur la côte Sud Est à 600km d’Antananarivo.
     La ville de Mananjary doit son nom au fleuve Mananjary dont l’embouchure se trouve la limite Sud de la ville.
     De la colonisation jusqu’en 1970, Mananjary était une ville prospère puisqu’elle était le deuxième port malgache d’exportation de café, de poivre et de girofle mais la nationalisation en 1976 de 22 000 hectares de plantation exploitée par les colons portait un coup fatal à l’économie de la sous-région, d’où l’entrée dans le cercle vicieux de la pauvreté.

     Comme toute ville coloniale, la ville de Mananjary est organisée en deux parties : une petite partie bien aménagée pour les colons et une grande partie peu ou non aménagée pour la population malgache. Dans cette dernière partie, il n’y avait pas de normes de construction et les conditions sanitaires étaient déplorables: pour question de promiscuité et d’absence ou d’insuffisance d’infrastructures la population malgache de l’autre partie de la ville se servait de la plage comme lieu d’aisance.

 

SITUATION ACTUELLE

Les données suivantes permettent d’aider à la compréhension de la situation actuelle

 

Altitude

Climat 

Pluviométrie

Température moyenne 

 

Nombre d’habitants

Taux de natalité 

Taux de mortalité                         

Espérance de vie  

Nombre d’enfants scolarisés  
(entre 6 – 14 ans)

Nombre de ménages

Nombre de ménages

(avec WC)

Nombre de WC publics

Qualité d’eau

Principales maladies

 

5m

chaud et humide

entre 1400mm et 2900mm

22°C

 

environ 41306

4 %

19 pour mille

55 ans


9896

6905

 

443

12

saumâtre en période sèche

paludisme, maladies diarrhéiques, toux

 

 

     L’équipe actuelle de la Commune dirigée par Monsieur Le Maire Samuel Razafindrakoto s’attelle à l’assainissement de la ville et à l’éducation de la population en matière d’hygiène. Plusieurs actions ont été démarrées :

-         mise en place de « Sanitation Park » où sont exposés en permanence les maquettes (avec devis) de latrines adaptées à chaque type d’habitation ;

-         mise en vigueur d’un arrêté municipal instituant la construction  de lieu d’aisance dans toute nouvelle construction d’habitation ;

-         mise en vigueur d’un arrêté municipal instituant la limitation de la plage utilisée comme lieu d’aisance et l’obligation à la population de nettoyer son quartier et de veiller aux biens communs ;

-         construction de blocs sanitaires.

     Eu égard à la grandeur du défi et à sa capacité financière, la Commune n’a pas hésité à prendre contact aux personnes morales et physiques de bonne volonté dont le Docteur Maurice Collin du Rotary Club International pour l’aider. En effet, il ne s’agit pas de construire pour construire mais il faut surtout éduquer la population.

 

SITUATION EN FIN DE PROJET

     En fin de projet les points les plus importants sont:

-         un bloc sanitaire au Centre Hospitalier du District, car les installations actuelles ne respectent  pas  les normes ;

-         un bloc sanitaire dans un  établissement scolaire pilote;

-         un bloc sanitaire dans un quartier pilote;

-         un bloc sanitaire au centre de la ville, à la place du marché pour en faire un exemple.

Bien entendu, les chefs d’établissement scolaire pilote et de quartier pilote doivent œuvrer à l’atteinte de l’objectif du projet.

 

IMPACT SUR LA POPULATION

     La concrétisation de ce projet constituera une aide inestimable à la Commune dans ses programmes d’assainissement et d’éducation de la population. D’autant plus que la gestion et l’entretien des blocs sanitaires seront confiés à des entités privées ou ONG, ce sera un bel apprentissage de partenariat public privé.

Par ailleurs, le choix des emplacements assurera la viabilité à long terme du projet, en effet si on ne choisit que des établissements scolaires après l’école les enfants iront toujours à la plage et il n’y aura pas d’appropriation . La place de marché est choisie pour avoir une visibilité du projet pour que l’on n’oublie pas les généreux donateurs d’une part et pour avoir un meilleur effet d’entraînement d’autre part.

Et tout ceci se fera  en parfaite complémentarité avec les réalisations communales.

 

JUSTIFICATION

     Tout compte fait, ce projet puise sa raison d’être par le droit à la santé et  la nécessité d’éducation de la population à l’hygiène. Ceci étant, le choix de le réaliser à Mananjary est l’aboutissement de nombreuses réflexions sur des critères de risques, de viabilité.

-         Risques techniques moindres, le Responsable de la Voirie est un ingénieur BTP et la Commune a commencé à construire des blocs sanitaires avec ses moyens propres mais bien  en deçà de la demande;

-         Risques financiers évalués: la Commune s’engage à apporter sa contribution en cas d’augmentation de coût par rapport au coût prévisionnel ;

-         Risques sur l’opérationnalité minimes: en effet, sauf pour l’établissement scolaire une structure sera mise en place pour gérer et entretenir le bloc sanitaire;

-         Viabilité: en effet, sauf pour l’établissement scolaire l’accès sera payant et la structure mise en place assurera la gestion et l’entretien du bloc sanitaire et la Commune continuera l’éducation de la population.