Madagascar : greffes de cornées

 

J’organise mes journées d’action. Je ne dois pas perdre de temps. C’est plus facile avec le réseau de personnes de confiance que j’ai constitué.
Il fait chaud; je suis en chemise.

La situation politique n’est pas bonne et la situation économique est aussi calamiteuse.

Pour la sécurité, la journée ça va . Le soir il n’y a plus personne dans les rues après 19-20h. Ce n’est pas la peine de prendre des risques.

Pour la sécurité, la journée ça va . Le soir il n’y a plus personne dans les rues après 19-20h. Ce n’est pas la peine de prendre des risques.
La misère a nettement augmenté depuis un an. « Quand les gros maigrissent, les maigres meurent »

Les prix ont explosé. Par exemple, les batteries solaires ont été multipliées par 3 depuis 2006.

Pour la santé, les personnes pauvres sont bien examinées à l’hôpital.  Mais, on leur demande d’aller acheter les médicaments. Ils ne peuvent pas les acheter car ils sont trop chers pour eux et ils retournent chez eux…

Les taxis-brousse sont souvent attaqués pour détrousser les passagers.


Je vois le service d’ophtalmologie pour les greffes de cornées.

Le Dr Prisca Bernardin chef de service d’ophtalmologie est d’accord pour venir à Lyon début 2011 se former auprès du Pr Burillon et de Patrick Ligeon.


Ce week end nous sommes allés dans le Sud-Est de l’Ile pour inaugurer les 4 blocs sanitaires WC-Douches que nous avons réalisés  pour assainir la ville de Mananjary
(35000 habitants)  et de Nosy Varika sur le canal des Pangalanes.  Route longue et pénible; 12 h à l’aller et au retour. ci -joint article :



Cette entrée a été publiée dans Actions santé, Madagascar, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.